Paradis prospères

Paradis prospères

Depuis la fin des années 1980, journalistes, juges et avocats se relaient pour dénoncer comptes offshore et paradis fiscaux. Et pourtant...

régulièrement, on m'appelle pour témoigner. Les chaînes info, les radios, les sites des journaux, quelques politiques, des avocats. Je suis comme un prof à qui on demande de mesurer la magnitude d'un scandale. Les affaires en leaks fonctionnent comme des secousses telluriques. Je suis devenu au fil du temps un « paradisismologue ». Au début, pris par le rythme des combats, j'y allais fièrement, la fleur au fusil. Je débattais, je livrais mes vérités. J'étais sûr de ma partition et de notre bon droit. Aujourd'hui, je décline presque systématiquement. Je suis content que des affaires sortent, mais je n'ai pas envie de servir de contradicteur aux ectoplasmes, ni de jouer au rebelle de service. Encore moins au type désabusé. Paradise Papers ? Magnitude 6. Léger tremblement qui va en s'estompant. Vous voulez la preuve ultime que rien ne change dans ces affaires de paradis fiscaux ? La preuve ultime, c'est moi.

Je connais le sujet par coeur. J'étais journaliste à ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes