Karine Parrot : « Les dirigeants considèrent le juge comme un empêcheur d'expulser tranquille »

Dans Carte blanche : l'Etat contre les étrangers (La Fabrique), la juriste Karine Parrot, membre du GISTI (Groupe d'information et de soutien aux immigrés), dénonce la faiblesse grandissante du droit en tant que rempart contre des politiques migratoires de plus en plus répressives. Par le biais d'un retour historique puis schématique sur l'application du droit de la nationalité, du droit d'asile, des différents visas mis en place récemment en France et au niveau européen, l'auteure montre que l'instrumentalisation des leviers juridiques ne date pas d'hier mais atteint aujourd'hui son paroxysme. Nous l'avons interrogée sur l'ampleur de cette lutte généralisée contre les étrangers, dont elle appelle à prendre la mesure de manière urgente.

Guillaume Ancel : « L'histoire du rôle de la France dans le génocide des Tutsi a été jusqu'ici celle d'un déni »

Ancien officier de la Force d'Action Rapide dédié à la Légion étrangère, Guillaume Ancel est l'auteur de Rwanda, la fin du silence, mémoires dans lesquels il revient sur l'opération Turquoise. Cette intervention militaire française au Rwanda a été réalisée en juin 1994 dans le sillage du dernier génocide du XXe siècle, qui a fait plus de 800 000 victimes. Vingt-cinq ans après, il appelle à faire la lumière sur le rôle, selon lui, coupable de certains dignitaires français pour une vérité historique enfin libérée du déni.