benalla Thomas SAMSON _ AFP
Politique
23/07/2018

L'affaire Benalla : symbole d'une « République du soupçon »

Béligh Nabli

Pour l'universitaire Béligh Nabli, les dysfonctionnements qui émaillent l'affaire Benalla sont liés à la conjugaison de la logique hyperprésidentialiste de l'exercice du pouvoir (concentré à l'Élysée) et celle qui semble animer l'idée en vogue d' « Etat start-up » (où les relations personnelles priment sur le reste). >

Utopistes et alors ?

Les transformations de notre temps (révolution technologique, crise écologique, accroissement des migrations) appellent une autre réponse que le repli nationaliste ou la convocation de racines fantasmées. Le Nouveau Magazine littéraire, #NML, est le laboratoire d'une pensée optimiste, réaliste, cosmopolite et activiste !

idées

International
20/07/2018

Salvini et les Bleus, un passé qui ne passe pas ?

Paul Dietschy

« C'est l'Afrique qui a gagné » etc. : les tweets nauséabonds du ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini sont souvent interprétés à l’aune de son discours populiste et des relations tendues avec la France. Pour Paul Dietschy, historien spécialiste du ballon rond, l'explication remonte également à l'Italie fasciste des années 30. >

Politique Benalla derrière macron JEAN-FRANCOIS MONIER _ AFP
23/07/2018

Affaire Benalla : le gouvernement doit faire des propositions fortes pour repenser l'équilibre des pouvoirs

Jean-Baptiste Soufron

  En échouant à répondre aux révélations du journal Le Monde, le gouvernement n’a pas commis une erreur... >

Politique bennal vélo
23/07/2018

L’affaire Benalla symbolise la possibilité toujours présente des dérives d’un pouvoir

Emeric Bréhier

L’affaire Benalla secoue la République. Et ce n’est probablement que le début. D’abord car les faits qui... >

Politique unnamed
23/07/2018

Affaire Benalla : désormais, au moins un doute sur l’exemplarité du nouveau pouvoir

Olivier Rouquan

Fort de sa virginité politique, Emmanuel Macron candidat a très tôt identifié comme ses prédécesseurs... >

ils  ont  contribué

La confession

« Il a arraché le saroual qu'elle portait sous sa djellaba. Et puis, il a fait un geste de la main. Le même geste que celui qu'on fait aux hôtes pour les inviter à goûter au plat que l'on pose au milieu des convives. »

– Numéro 1, page 36 –

Conversation
Edgar Morin/Raphaël Glucksmann

« Reprenons notre bâton de pèlerin, essaimons, échouons, jusqu'à l'arrivée de l'improbable. »

– Numéro 1, page 61 –

Playlist
des utopies

« Un homme qui veut soudain voir du vert, comme Michel Houellebecq quand il a décidé de s'installer en Irlande. »

- Numéro 1, page 50 –

Paradise Papers
Les affaires continuent

« Nous sommes otages d'un système qui a réussi son entreprise de désensibilisation de masse. Nous avons peur du vide. »

– Numéro 1, page 46 –

Point de vue
Les grands moyens

« Les humains ont fini par comprendre que l'augmentation des taux de croissance est intimement corrélée à la dégradation de notre patrimoine naturel, de la qualité de notre air et de notre eau. »

- Numéro 1, page 48 –

Je suis une armée

« Elle voit les abysses d'Internet éventrés par les faisceaux des lampes torches, et sur le sable clair du fond ils sont une quinzaine à être débusqués par la même opération fédérale, une quinzaine de créatures des profondeurs comme elle. »

- Numéro 2, page 38 –

Conversation
Geneviève Fraisse/Raphaël Glucksmann

« L'histoire se fait sous nos yeux »
« C'est la première fois que je vis une expérience féministe où tout le monde est concerné, pour et en soi-même. »

- Numéro 2, page 16 –

Conversation
Daniel Cohn-Bendit/Raphaël Glucksmann

« De 68 à MeToo ou de 68 à la désobéissance civile de celles et de ceux qui aident les migrants, je vois un lien. »

- Numéro 3, page 32 –

Conversation
Rony Brauman/Raphaël Glucksmann

« Lorsque nous ne dégageons plus d’horizon clair de sens, les gens veulent d’abord la sécurité. D’où les tendances au repli. »

- Numéro 4, page 36 –

Conversation
Asli Erdoğan/Leïla Slimani/Raphaël Glucksmann

« Je pense mon écriture ainsi : j'envoie juste quelques mots, et parfois un boulet de canon surgit en retour pour m'écraser. »

- Numéro 5, page 18 –

Conversation
Raphaël Enthoven/Raphaël Glucksmann

« Quand Camus dit à Sartre : "Si la vérité me paraissait à droite, j'y serais", il résume l'"en même temps". Le service de la vérité passe avant celui du bien (ou celui de la vertu). »

- Numéro 6, page 29 –

Récit : L’évaporation d’un écrivain
Roberto Ferrucci

« Il s’est vu condamné à la condition la plus dramatique qui soit : celle de cesser d’écrire malgré lui. »

- Numéro 7-8, page 74 –

Récit : Prisonnier de Kadyrov
Zoïa Svetova

« Oïoub a beau dire que la défense des droits humains n’est pas ce qu’il aime le plus, il s’est toujours montré prêt à s’y consacrer, et ce malgré les menaces qu’il recevait de manière détournée. »

- Numéro 7-8, page 70 –

Récit : Reflets de Philip Roth
Marc Weitzmann

« Rien de plus humiliant qu’une vie libre et vide, une vie sans identité ; mais rien de plus mortel qu’une existence transcendée par l’idéologie ou la religion. Ce qu’il appelait « la contrevie » était l’étude de ces désirs contradictoires, insatisfaits et violents, inhérents à la modernité. »

- Numéro 7-8, page 64 –