000_APP2002112696398
Archives
18/09/2018

Paul Virilio, pris de vitesse

François Ewald

Paul Virilio, urbaniste et philosophe de la technique, est décédé d’un arrêt cardiaque le 10 septembre dernier. Sa mort a été annoncée par sa famille ce mardi. Nous republions, pour lui rendre hommage, un entretien qu’il accorda au Magazine Littéraire en 1995. >

Utopistes et alors ?

Les transformations de notre temps (révolution technologique, crise écologique, accroissement des migrations) appellent une autre réponse que le repli nationaliste ou la convocation de racines fantasmées. Le Nouveau Magazine littéraire, #NML, est le laboratoire d'une pensée optimiste, réaliste, cosmopolite et activiste !

idées

Notre bibliothèque
17/09/2018

L'une danse, l'autre pas

Alexis Brocas

Elles ont la même couleur de peau mais ne viennent pas du même monde. Une traversée des années 1980-2000 par la brillante romancière britannique Zadie Smith. >

Archives chef-doeuvre2
18/09/2018

Qu'est-ce qu'un chef-d'oeuvre ?

Patrice Bollon

Sur le Net, on ne compte pas les sites, en toutes les langues, où sont répertoriées les dix, vingt,... >

Europe 000_Par7568910
18/09/2018

L'extrême droite violente : quand l'histoire bégaie

Frédéric Charpier

Assiste-t-on au retour sur la scène terroriste de cette droite activiste qui a connu son heure de gloire... >

Europe 000_PP8XJ-1
17/09/2018

Orban ou la preuve par trois de nos naïvetés

Pierre Verluise

Que retenir de l’adoption par le Parlement européen d’un rapport qui invite le Conseil à étudier la... >

ils  ont  contribué

La confession

« Il a arraché le saroual qu'elle portait sous sa djellaba. Et puis, il a fait un geste de la main. Le même geste que celui qu'on fait aux hôtes pour les inviter à goûter au plat que l'on pose au milieu des convives. »

– Numéro 1, page 36 –

Conversation
Edgar Morin/Raphaël Glucksmann

« Reprenons notre bâton de pèlerin, essaimons, échouons, jusqu'à l'arrivée de l'improbable. »

– Numéro 1, page 61 –

Playlist
des utopies

« Un homme qui veut soudain voir du vert, comme Michel Houellebecq quand il a décidé de s'installer en Irlande. »

- Numéro 1, page 50 –

Paradise Papers
Les affaires continuent

« Nous sommes otages d'un système qui a réussi son entreprise de désensibilisation de masse. Nous avons peur du vide. »

– Numéro 1, page 46 –

Point de vue
Les grands moyens

« Les humains ont fini par comprendre que l'augmentation des taux de croissance est intimement corrélée à la dégradation de notre patrimoine naturel, de la qualité de notre air et de notre eau. »

- Numéro 1, page 48 –

Je suis une armée

« Elle voit les abysses d'Internet éventrés par les faisceaux des lampes torches, et sur le sable clair du fond ils sont une quinzaine à être débusqués par la même opération fédérale, une quinzaine de créatures des profondeurs comme elle. »

- Numéro 2, page 38 –

Conversation
Geneviève Fraisse/Raphaël Glucksmann

« L'histoire se fait sous nos yeux »
« C'est la première fois que je vis une expérience féministe où tout le monde est concerné, pour et en soi-même. »

- Numéro 2, page 16 –

Conversation
Daniel Cohn-Bendit/Raphaël Glucksmann

« De 68 à MeToo ou de 68 à la désobéissance civile de celles et de ceux qui aident les migrants, je vois un lien. »

- Numéro 3, page 32 –

Conversation
Rony Brauman/Raphaël Glucksmann

« Lorsque nous ne dégageons plus d’horizon clair de sens, les gens veulent d’abord la sécurité. D’où les tendances au repli. »

- Numéro 4, page 36 –

Conversation
Asli Erdoğan/Leïla Slimani/Raphaël Glucksmann

« Je pense mon écriture ainsi : j'envoie juste quelques mots, et parfois un boulet de canon surgit en retour pour m'écraser. »

- Numéro 5, page 18 –

Conversation
Raphaël Enthoven/Raphaël Glucksmann

« Quand Camus dit à Sartre : "Si la vérité me paraissait à droite, j'y serais", il résume l'"en même temps". Le service de la vérité passe avant celui du bien (ou celui de la vertu). »

- Numéro 6, page 29 –

Récit : L’évaporation d’un écrivain
Roberto Ferrucci

« Il s’est vu condamné à la condition la plus dramatique qui soit : celle de cesser d’écrire malgré lui. »

- Numéro 7-8, page 74 –

Récit : Prisonnier de Kadyrov
Zoïa Svetova

« Oïoub a beau dire que la défense des droits humains n’est pas ce qu’il aime le plus, il s’est toujours montré prêt à s’y consacrer, et ce malgré les menaces qu’il recevait de manière détournée. »

- Numéro 7-8, page 70 –

Récit : Reflets de Philip Roth
Marc Weitzmann

« Rien de plus humiliant qu’une vie libre et vide, une vie sans identité ; mais rien de plus mortel qu’une existence transcendée par l’idéologie ou la religion. Ce qu’il appelait « la contrevie » était l’étude de ces désirs contradictoires, insatisfaits et violents, inhérents à la modernité. »

- Numéro 7-8, page 64 –

Récit : Malédiction
Hassan Yassine

« Je suis le mensonge de votre monde / Je suis cette humanité qui fait les gros titres / On s’active à des stratégies dans vos mairies / Pour se débarrasser de moi / On crée des commissions / On dépense des sommes colossales / Pour me déraciner. »

- Numéro 9, page 70 –

Récit : Le caban de Philippe Lançon
Marie-Dominique Lelièvre

« Le tueur a blessé l’homme, mais il a raté le témoin. Tant mieux pour moi, tant pis pour lui. »

- Numéro 9, page 64 –
Illustration © Antoine Moreau-Dusault