Tant qu'il y aura des zobs

Tant qu'il y aura des zobs

Il existe différentes stratégies pour taxer le féminisme d'excès et de dérives.

Par Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri

Nous serions face à une « nouvelle terreur féministe », selon la une de Valeurs actuelles de mai dernier. En 2015, Causeur proposait aussi un dossier sur « La terreur féministe », illustré par l'image d'une blondinette brandissant une scie à chaîne, référence peu subtile au film Massacre à la tronçonneuse. Or qui terrorise qui, en vérité ?

Depuis quelques années, sur le web, des milliers de femmes ont rapporté avoir été agressées sexuellement. Au lieu d'entamer une réflexion sur le consentement sexuel, des milliers de « célibataires involontaires » (incels) reprochent aux femmes de les priver de sexualité. Au moins trois meurtres ont été commis au nom de cette « cause ». Sans compter les centaines de femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Pendant ce temps, des féministes mènent leurs actions sans blesser personne.

Il est donc ridicule d'associer le féminisme à « la terreur » et au totalitarisme génocidaire en lui apposant l'é ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard