Zweig en BD, les cases d'un échiquier

Zweig en BD, les cases d'un échiquier

Le Joueur d'échecs est une histoire d'enfermements : huis clos sur un paquebot, le récit ne s'extraie du navire que pour narrer le repli autiste du champion du monde d'échecs dans son enfance ou pour se retrouver dans une geôle nazie. Des cases du plateau de jeu à celles du neuvième art, il n'y avait qu'un pas, et c'est assez naturellement que le célèbre roman de Stefan Zweig se transpose en bande dessinée. Le cadre de l'échiquier n'empêchant pas la folie de s'épandre, le dessinateur David Sala compose ses aquarelles avec davantage de sfumatos que de traits nets. Dans ces décoctions de couleurs et de formes évoquant un Klimt maussade, la brume mentale de l'inconnu schizophrène du roman affleure à la surface de ces très belles planches.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon