Zazie s'exile

Zazie s'exile

Une jeune marocaine, rebelle qui se joue des tabous, se confronte à ses rêves de liberté et d'ailleurs.

Sur un ton tendrement insolent, l'héroïne, jeune femme rebelle étouffant dans une petite ville côtière du Maroc, dévoile ses courses effrénées à moto avec son amie Kenza, ses pas de danse dans la rue, les baisers volés à Garçon Caméléon qui lui font l'effet d'un poisson nageant dans sa poitrine... Pleines de fraîcheur, les métaphores de Leïla Bahsaïn produisent une poésie jamais pompeuse, sertie dans une écriture qui parvient à dire la profondeur et l'intimité sans jamais perdre sa belle légèreté. À l'image de cette adolescente assoiffée de liberté, qui se joue des convenances et tabous qui pèsent sur la société traditionnelle marocaine et déplore le consumérisme ambiant.

Dans le Maroc moderne, tout se paie. Il y a les bons travailleurs et les travailleurs médiocres, ceux qui peuvent remplir leur caddie et ceux qui sont réduits à « promener [leurs] rêves entre les rayons ». Tout se paie et tout s'achète, « même le droit à la traversée de la petite mer », pour rejoindre l'Eu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS