Yuval Noah Harari Israël, 1976

Yuval Noah Harari Israël, 1976

Le nouveau grand futurologue social mondial brille avant tout par son art de la synthèse.

est-il, ainsi que l'assurait une récente couverture du Point, « le penseur actuel le plus important du monde » ? Cela se discute. Mais l'Israélien Yuval Noah Harari n'en a pas moins d'indiscutables qualités. C'est un auteur informé, qui a lu beaucoup et bien, qui sait résumer ses lectures clairement et les « prolonger » avec à-propos. Nul étonnement, dans ces conditions, qu'il ait accumulé les best-sellers internationaux. Son Sapiens (2015) retraçait l'histoire du genre humain en la mêlant de considérations sur la « révolution cognitive » et les flux de données (les data). Dans Homo Deus (2017), il délivrait sa prospective sur l'avenir de nos sociétés, en fonction du développement de l'intelligence artificielle. Et ses récentes 21 leçons pour le XXIe siècle (2018) font la synthèse de ses synthèses précédentes. Yuval Noah Harari est un mixte du futurologue Alvin Toffler et du paléontologue Stephen Jay Gould. Dire que, dans sa jeun ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon