Yiyun Li

Yiyun Li

Au nom du fils

Entretien avec l'écrivaine chinoise installée aux États-Unis, qui tente de surmonter par la fiction le suicide de son enfant.

La Douceur de nos champs de bataille résume bien l'univers de Yiyun Li (photo). Cette autrice chinoise lutte contre le chagrin en poursuivant un dialogue fictionnel avec son fils disparu.

Au départ, vous êtes immunologue. Contre quoi l'écriture vous a-t-elle immunisée ?

Yiyun Li. - Écrire ne m'a pas immunisée contre la réalité. Après le suicide de mon fils, tout le monde m'a demandé « pourquoi », or il n'y a pas de réponse. Comment avancer face à l'innommable ? Aucun mot ne désigne un parent perdant son enfant...

Ce livre vous a-t-il permis de traverser « cette véritable nuit » ?

Lorsqu'une mère perd son fils, il ne reste que les mots. Ils représentent notre lien ultime. Je me suis tournée vers Shakespeare, Joan Didion ou David Grossman pour savoir comment parler à un absent. Face à ce champ de bataille intérieur, il n'y a ni gagnant ni perdant, juste une mère et son fils. Mon rôle « ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes