Yiyun Li

Yiyun Li

Après Un beau jour de printemps - son premier roman - et un recueil de nouvelles - Un millier d'années de bonnes prières -, Yiyun Li, diplômée d'immunologie qui a quitté la Chine pour les États-Unis en 1996, revient avec Plus doux que la solitude. À travers le parcours de quatre personnages, elle défriche la Chine des années 1990 et l'arrachement des émigrés partis pour l'Amérique. Le récit débute néanmoins en Chine, avec la mort suspecte d'une femme. Shaoai, jadis renvoyée de l'université de Pékin pour son inimitié avec le régime, est retrouvée empoisonnée. Suicide ou tentative de meurtre ? En tout cas, le doute s'empare de ses amis. Chaque chapitre commence comme une nouvelle qui dévoile une anecdote ou une réflexion générale, laquelle infusera comme une fleur de thé. La narration mêle les souvenirs au présent pour mieux faire sentir l'inextricable solitude des personnages. Ce procédé permet à Yiyun Li d'étendre son roman en une fresque psychologique et socia ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article