Yak Rivais l'enchanteur

Yak Rivais l'enchanteur

A l'âge de 5 ans, Yak Rivais a décidé qu'il serait instituteur. Il l'est devenu, l'est resté jusqu'à l'âge de la retraite. Le soir, et pendant les vacances, il commença par écrire des livres pour les adultes, fut publié entre autres par Raymond Queneau chez Gallimard pour Les Aventures du Général Francoquin . « J'étais institauteur », se souvient Rivais en riant. Peintre accueilli dans les bonnes galeries, il composait par ailleurs une oeuvre marquée par le néo-surréalisme.

Jusqu'à ce jour de 1983 où un enfant, pendant qu'un élève alignait des mots sur le tableau noir, est venu lui dire tout bas : « Je voudrais que tu m'écrives une histoire où je pourrais marcher sous l'eau. » Passionné par la psychanalyse, « en sauvage, à la manière des surréalistes », précise Yak Rivais, il a écrit l'histoire puis l'a lue en classe. « C'est ça », a approuvé l'élève. Et tous les autres de se précipiter vers le maître pour lui passer commande.

Ainsi naît en 198 ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon