Yachar Kemal

Yachar Kemal

C'est un livre sur le remords, ou sur l'absence de remords. Tout l'Occident parle du remords mais combien d'assassins sont en liberté, ont voiture, maison, et enfants ? Il y a des assassins qui préparent une troisième guerre mondiale, ça n'empêche personne de vivre parce que tout le monde oublie. À la fin du livre, Hassan est riche, il possède plusieurs tracteurs, il mène une vie agréable, il a oublié son crime. Hassan est comme tout le monde, il est comme nous, il ne faut pas se tromper. Hassan, c'est l'homme moderne sans remords, il a tué sa mère, ses origines et d'une certaine manière, il a donc tué sa mémoire. En littérature comme en art, je préfère le réel le plus pessimiste au mensonge le mieux habillé. Si on doit faire un paradis de mensonges, moi je préfère l'enfer du réel.

L'héritage de la tradition et l'entrée en modernité.

La meilleure façon de regarder l'avenir c'est de bien voir d'où l'on vient. Un peuple qui perd la mémoire est un p ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes