Wolfson, schizo furioso

Wolfson, schizo furioso

Étrange destin que celui de Louis Wolfson : né en 1931 aux États-Unis, diagnostiqué schizophrène dès son adolescence, auteur de deux livres cultes, inventeur - sans le savoir - du « walkman », il vit aujourd'hui retiré sur l'île de Porto Rico après avoir gagné une somme considérable à la loterie électronique... C'est dans la solitude de cette retraite qu'il a retravaillé le livre consacré à la maladie et à la mort de sa mère, publié une première fois en 1984, que les éditions Attila proposent dans une version revue, avec ce titre : Ma mère, musicienne, est morte de maladie maligne à minuit, mardi à mercredi, au milieu du mois de mai mille977 au mouroir Memorial à Manhattan. Un titre aux allures de manifeste littéraire, qui révèle le projet du livre - raconter en détail l'agonie de sa mère - et la singularité de sa forme - Wolfson y déroule une langue d'une inventivité et d'une excentricité ébouriffantes, caractérisée notamment par une attention maniaque à la musicalité de l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon