William Styron, Le Choix de Sophie

William Styron, Le Choix de Sophie

Le narrateur ressemble à Styron : un intellectuel venu du Sud, déterminé à se tailler un nom dans la jungle littéraire. Au-dessus de chez lui vit un jeune homme juif, aussi brillant que cyclothymique. Entre eux, Sophie, Polonaise catholique passée par Auschwitz, où elle a dû faire un choix terrible. Les héros de Styron sont des archétypes, ce qui n'exclut nullement une complexité extrême. Chaque description est un rodéo, un modèle de siège fait par la prose au réel, sans onirisme ou fanfreluches inutiles. Il faut admirer ce naturalisme qui ne prétend pas s'ériger en philosophie. Ici, la force du langage permet d'apprivoiser les mythes.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon