Whiteness studies, pages blanches

Whiteness studies, pages blanches

L'historienne afro-américaine Nell Irvin Painter explore, de l'Antiquité à nos jours, le fluctuant concept de « race blanche ».

En France, la question raciale est un tabou aussi paradoxal qu'omniprésent. En juillet dernier, le gouvernement a décidé la suppression du mot « race » dans la Constitution - mesure déjà envisagée par le candidat François Hollande en 2012. De même, les variables raciales sont interdites dans les statistiques et les sondages. On voit bien les bonnes intentions de la démarche : faire l'économie d'un mot vide de sens, à l'origine de tristes passions, et faire table rase du passé colonial. Mais n'est-ce pas un moyen de sous-estimer, en ne se donnant pas les moyens de le mesurer, l'existence du racisme bien réel qui s'exerce toujours. Les préjugés et clichés peuvent dès lors foisonner (on s'en reportera au « ressenti » en l'absence de données statistiques), et la protection juridique des victimes de discriminations raciales (contrôle au faciès, recherches entravées d'emploi ou de logement) n'en est nullement facilitée.

L'Histoire des Blancs, de l'historienne afro-américai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article