west sauvage

west sauvage

Vita Sackville-West, aventurière et écrivain

Virginia Woolf, qui la rencontra en 1922, l'appelait « l'âne West », trouvant le couple qu'elle formait avec Harold Nicolson incurablement stupide. Vita Sackville-West, l'aristocrate, intimidait pourtant Woolf, impressionnée par les audaces, la vie aventureuse et les amours saphiques de cette femme réputée belle et dure qui, ayant découvert l'homosexualité de son mari, se lança dans une liaison passionnée avec Violet Trefusis. Tout en restant l'une et l'autre sur leurs gardes, Virginia et Vita nouèrent des relations intimes, Woolf aimant en Sackville-West son caractère voluptueux et son besoin de dispenser une certaine protection maternelle, son amie reconnaissant qu'elle était intellectuellement stimulée par celle qui ne lui ménageait pas ses critiques, dénigrant sa retenue : « Il y a en vous quelque chose qui ne vibre pas », et s'attirant en retour le reproche de n'être qu'une « expérimentatrice en humanité », pour qui tout était matière à littérature.

Comme pour confir ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon