Vous avez dit « gothique » ?

Vous avez dit « gothique » ?

L'adjectif associé au peuple des Goths a pris des significations variées depuis la Renaissance. Après un détour par la typographie et l'architecture, puis la littérature, il a connu récemment un nouvel avatar, incarné par ces adolescents exacerbant une esthétique à la fois blafarde et charbonneuse.

Au fil des siècles, s'éloignant de la grand-route, les mots batifolent çà et là et se chargent de connotations nouvelles, péjoratives ou mélioratives. Ainsi, le mot « gothique » est évidemment lié aux Goths, Wisigoths et autres Ostrogoths. Les Goths germaniques s'étaient installés, vers le IIe siècle, sur les bords de la mer Noire, puis ils affrontèrent l'Empire romain. Pour les Latins, ces gens étaient des barbares - au même titre que les Vandales -, puisqu'ils ne procédaient pas de la culture classique. Leur langue était le gotique (sans h, pour tout simplifier), qui fait partie de la grande famille des langues indo-européennes et constitue un des parlers d'Europe les plus anciennement attestés. L'évêque Wulfila (IVe siècle), traducteur des Évangiles, utilisait l'alphabet gotique (inspiré du grec), qu'il ne faut pas confondre avec la graphie gothique, alias Fraktur, d'origine latine, qui fut en usage du XIVe siècle au XXe siècle.

C'est ce mot « gothique » ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article