Voltaire, côté jardin

Voltaire, côté jardin

voltaire occupe toujours la scène littéraire, théâtrale et philosophique. Un roman de Jacques-Pierre Amette et un essai de Ian Davidson lui sont consacrés, tandis que ses pièces, de Candide à Mahomet le prophète, sont toujours jouées et suscitent de violents débats.

Nul n'ignore que Voltaire cultivait son jardin. Ce qu'on sait moins, c'est qu'il y donnait des pièces de théâtre. Jacques-Pierre Amette imagine, dans un court roman sobrement intitulé Un été chez Voltaire , ces mois de juillet et août 1761 où, dans sa propriété de Ferney, le philosophe faisait répéter et jouer sa pièce Mahomet , qui avait déjà fait scandale vingt ans auparavant. Logés dans le château de Voltaire, nourris à sa table, deux actrices, un comte prussien, un abbé, un dessinateur et une diseuse de bonne aventure tuent le temps entre deux représentations, s'adonnant selon leur tempérament au spleen, à la contemplation de la nature, aux jeux de cartes, à l'amour fou, à l'astrologie, aux intrigues diplomatiques, ou à la philosophie des Lumières. Un nombre de personnages limité, le huis clos d'un décor unique, donnent d'emblée à ce roman très dense, très resserré, une allure théâtrale, ce qui n'étonne guère chez un dramaturge tel que Jacques-P ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine