Voir Bakou et mourir

Voir Bakou et mourir

On écrit parfois pour le plaisir de vivre d'autres vies que la sienne : Suite à l'hôtel Crystal, paru en 2004 dans la belle collection de Maurice Olender, « La Librairie du xxie siècle », avait permis à Olivier Rolin de s'imaginer en agent secret, amant d'une ex-reine de beauté turque, littérateur passant à deux doigts du prestigieux « prix Kangourou » pour l'amour d'une femme fatale, le tout sur fond de chambres d'hôtel situées aux quatre coins du monde et décrites avec une méticulosité confinant à la maniaquerie. Non sans humour, il était allé jusqu'à anticiper sa mort dans une chambre de l'hôtel Apshéron, à Bakou, en 2009, d'un coup de pistolet Makarov 9 mm, si bien que la biographie le présentant sur la jaquette de l'ouvrage pouvait afficher : « Olivier Rolin Boulogne-Billancourt, 1947-Bakou, 2009 ».

La plaisanterie s'était poursuivie avec Rooms, recueil de nouvelles signées d'auteurs amis de l'écrivain, où Mathias Enard avait ajouté sa pierre en mettant en scène des comp ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine