Vive les libres commerces !

Vive les libres commerces !

Diderot n'a pas consacré un traité à sa philosophie politique : il l'a formulée de manière éparse et souvent anonyme - par exemple lorsqu'il évoque la colonisation des Amériques.

Diderot n'a pas été reconnu comme un philosophe politique. À la différence de l'Esprit des lois pour Montesquieu et du Contrat social pour Rousseau, il n'y a, en effet, pas de grande oeuvre systématique exposant sa philosophie politique. L'écrasante majorité de ses contemporains ne pouvait connaître de sa production en ce domaine que quelques articles disséminés dans les premiers volumes de l'Encyclopédie (« Autorité politique », « Citoyen », « Droit naturel »...). Pour le reste, les textes qui relèvent de cette préoccupation ont été publiés anonymement, dissimulés à l'intérieur d'écrits signés par d'autres, ou n'ont connu que la diffusion manuscrite la plus minimale. Chez Diderot, pas de Traité politique donc, mais des pages écrites en réaction ou en marge d'autres textes, interpolées au milieu de développements d'autres auteurs, ancrées, chez Raynal ou pour Catherine II, dans l'actualité de son temps. La seule oeuvre politique pouvant être lue p ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes