Vive la chienlit !

Vive la chienlit !

Rien de plus réjouissant, passionnant, édifiant même, que de lire un bon livre consacré au siècle des Lumières en pleine remémoration de Mai 68. Car si vous tendez l'oreille, bandez vos nerfs, osez ce va-et-vient par-delà les siècles, les régimes, les idéologies, les croyances, l'état de la sociologie et des moeurs, vous constaterez qu'une même énergie est à l'oeuvre. Qui nie pour mieux affirmer. Se dérobe pour exister davantage. Désirante et vivace. Jaculatoire et jouissive. Aimantée par le réel. D'ébats en débats. Ici et maintenant. En un mot « libertine » - car forcément libertaire. « La liberté est le crime qui contient tous les crimes. C'est notre arme absolue. » Ce slogan graffité sur un mur de Mai aurait pu être signé Sade. Et de même que tous les libertins vivent sans temps morts, jouissent sans entraves et surtout prennent leurs désirs pour des réalités ; la « chienlit » se dit au xviiie siècle égarement, désordre, écart, bref : dérèglement.

C'est précisément ce « Gr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes