Vitupérants Pères de l'Église

Vitupérants Pères de l'Église

Carole Fry

Ce livre est de ceux que l’on se plaît à savourer lentement, pour mieux en retarder la fin annoncée. Passionnant, il l’est d’abord par la qualité de l’échange : les deux protagonistes ne sont pas des saints, pas encore. Ils ne sont que les deux meilleurs esprits chrétiens de leur époque, ce qui n’est pas peu, et ils ne s’aiment pas, ce qui est beaucoup. On ne s’attend pas à un échange de sucreries sur la charité, et l’on n’est pas déçu. Trente-trois lettres en version bilingue ou plutôt trente-trois pièces, car certaines sont en fait des documents - sont réunies là pour un dialogue au sommet entre Augustin 354-430, qui occupa la chaire de rhétorique de Milan avant de faire le panégyrique de l’empereur Valentinien II et de se consacrer à Dieu, et Jérôme 340-420, grand styliste, érudit et lecteur hypermnésique de la littérature chrétienne en grec, langue dont il est aussi familier que de l’hébreu, qualités qui lui vaudront d’être chargé par le pape Damase de réviser les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.