Visions en Dumascope

Visions en Dumascope

Le cinéma paraît d'emblée s'être reconnu dans les sagas de l'écrivain, qui fut adapté dès 1898. Les Trois Mousquetaires le seront plus de cent fois, incarnant souvent une fantaisie fondatrice.

La production envisagea d'abord Bob Hope, Danny Kaye et Jerry Lewis - carrément - pour interpréter les Trois Mousquetaires. Puis les ex-Beatles, qui eux aussi étaient quatre. Le cinéaste Tony Richardson suggéra de cantonner l'action dans un couvent, où Athos ressasserait son désespoir auprès de ses amis - idée intéressante, on vous rappellera. Finalement, ce fut Richard Lester qui, en 1974, réalisa ce diptyque d'illustre mémoire. Diptyque, oui : Lester filma tant et si bien - à cinq caméras ! - qu'on monta non pas un, mais deux films : Les Trois Mousquetaires et On l'appelait Milady. Le casting - Michael York, Oliver Reed, Richard Chamberlain... - s'estima toutefois lésé. Déploiement d'avocats, remous dans les gazettes. La première du film à Paris fait diversion, tout comme la présentation à la reine Elizabeth. Triomphe public : le panache est sauf.

Ce n'est qu'un exemple certes remarquable, mais toute l'histoire des adaptations de Dumas au cinéma, singulièrement celles des T ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Jean Starobinski (© Gallimard)

Jean Starobinski
Hommage à ce grand théoricien de la littérature

Sondage IPSOS