VIRÉS DE BORD

VIRÉS DE BORD

(...) Je trouve votre dossier sur les écrivains de la mer bien réalisé, mais vous faites la part belle à nos auteurs anglo-saxons ô combien talentueux. J'ai regretté de ne pas voir quelques auteurs français comme Peisson, Vercel, Loti, par exemple et un article au sujet du roman Les Travailleurs de la mer de Victor Hugo aurait eu sa place dans votre étude, un authentique chef-d'oeuvre de la littérature... maritime.

Dans votre article « L'appel du large », vous écrivez en introduction : « Ils s'appelaient Conrad, Stevenson, Melville ou London et vivaient à une époque où les voyages en mer étaient encore des aventures. »

Aujourd'hui, il existe peu de terre à découvrir, mais au large et dans ses profondeurs, l'eau salée demeure un mystère et nous ne sommes qu'au début de vraiment le connaître. Je pense qu'un jour l'homme sera content d'en tirer sa nourriture même si les pollutions terrestres commencent à envahir ces eaux. Je reste persuadé que la mer reste un de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes