Vient de paraître : La Nébuleuse

Vient de paraître : La Nébuleuse

À l'hiver 1959, Pasolini va à Milan, où il « passe vingt jours atroces dans un petit hôtel à travailler comme un chien » pour un film sur les teddy-boys milanais. Cette Nébuleuse, c'est donc la ville de Milan, parcourue ici en tous sens et en voiture, de nuit, par des ragazzi désoeuvrés et cruels, parlant en dialecte milanais, qui ne parviennent pas entièrement à susciter la sympathie qu'éveillent les jeunes de Ragazzi di vita ou d'Accattone. Le croisement entre Les Vitelloni et Orange mécanique, suggéré par Yann Moix pour qualifier ce scénario, est d'ailleurs convaincant - bien plus que le rapprochement qu'il fait avec l'expression « nébuleuse terroriste », qui cherche à inscrire le texte, d'un coup de raccourci linguistique abusif, dans une actualité dont il n'a pas besoin pour exister. Dans cette traduction de Jean-Paul Manganaro, le scénario suggère à l'imagination des scènes d'une vraie force visuelle, entrecoupées ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine