VIE ET MORT DE LA JEUNE FILLE BLONDE

VIE ET MORT DE LA JEUNE FILLE BLONDE

Il y a dans ce roman deux purs moments de comédie irrésistibles, deux authentiques fous rires. À bonheurs rares, mesures d'exception : pour en préserver toute la saveur, on s'en remettra pour la mention desdits passages à la méthode des noms de code, soit « Crocodile » et « Meu ». Champion de la digression en cascade, l'auteur du désormais culte Chameau sauvage prix de Flore 1997 et d'autres jolies pochades existentialo-comiques La Grande à bouche molle, Le Cosmonaute... y donne libre cours à son sens aigu et douloureux de l'absurde et de la révolte avortée. Plus « perdant magnifique » que jamais, Philippe Jaenada, grosse paresse ou petite forme, renfile, pour cette Vie et mort de la jeune fille blonde, le vieux blouson de son alter ego. Invité d'un de ces dîners qu'on qualifie d'« en ville », il arrive avec à peine plus de retard que d'habitude pour la révélation qui va le bouleverser : et si la fille junkie évoquée par le maître de maison était la petite blonde dégourdie qui lui f ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes