Vertiges d'une révolution

Vertiges d'une révolution

La dénonciation massive du harcèlement sexuel a déclenché un tourbillon que personne ne maîtrise. Retour inquiet sur cette bataille pour l'égalité entre les hommes et les femmes.

énervée » par la coïncidence de l'affaire Weinstein et de l'affichage de Bertrand Cantat en une des Inrocks, ainsi qu'elle en témoigna plus tard, la journaliste de France Inter Giulia Foïs envoya son message - « Un red chef, grande radio, petit couloir, m'attrapant par la gorge : "Un jour, je vais te baiser, que tu le veuilles ou non" » - le 14 octobre à 16 h 58. À mesure que la circulation de son tweet s'étendait au-delà de son cercle d'« amis », apparurent en réponse les premières incitations à donner un nom. « J'ai d'abord expliqué pourquoi je m'y refusais, dit-elle aujourd'hui. Mais plus j'expliquais, plus on exigeait de nouvelles justifications. Bientôt, j'ai reçu des messages me disant que j'étais ridicule, pas franche. Je me suis fait traiter de lâche. Assez vite on s'est mis à critiquer le choix de mes mots, ma grammaire. Ça ne finissait pas. J'avais le sentiment de me trouver en face d'une bête insatiable. Le lendemain, dimanche, quand j'ai ouvert mon té ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine