VERTIGES DU DOUBLE JEU

VERTIGES DU DOUBLE JEU

La femme fatale, le couple adultère, la combine pour éliminer le mari tout en touchant de l'argent, puis le doute et la culpabilité ballonnant la conscience du narrateur : si Assurance sur la mort suit le parcours habituel de nombre de polars, comment se fait-il alors qu'il soit un des fleurons du genre ? Écrit dans la foulée du Facteur sonne toujours deux fois, le deuxième roman de James M. Cain tire sa vertigineuse particularité de sa duplicité : initialement intitulé « Double indemnité », ce polar adapté par Billy Wilder ne cesse de se dédoubler. Le plan de Walter, le narrateur, et de son amante Phyllis pour tuer l'époux de cette dernière se révélera d'ailleurs bien énigmatique : « Il lui arrive un accident, et pourtant il ne lui arrive aucun accident. » De la même manière que Walter, agent d'assurances, calcule tout avec une froide précision, mais ne calcule rien dès que la passion et la contrition viennent pulvériser l'architecture de son discours. Si les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes