Vertige de la nounou

Vertige de la nounou

L'auteur sud-coréenne reconstitue le dur destin de la jeune femme qui s'occupa d'elle enfant.

Ce que la mère, le frère et la soeur de la petite Jjang-a ne lui donnent pas, Bongsun le lui offre au centuple. À la fois mère, grande soeur et amie, elle la promène partout dans Séoul sur son dos. Avec elle, les barbes à papa « s'épanouissent comme des fleurs ». Or, à 4 ans, Jjang-a a la sensation que sa vie est « déjà tracée sur la carte de [son] enfance ». Elle est née en 1963, deux ans après le coup d'État militaire : le « pays des trois mille lieues » est étranglé par la dictature, même si les histoires de Bongsun, au goût de volubilis, l'emmènent loin de leur bidonville.

Qui est-elle ? sa grande soeur ? une servante ? Est-elle une adulte, ou une enfant ? Est-elle de la famille ? La mère de Jjang-a se plaint que, « quand on a une bonne, il faut lui servir de parents » : quelle déviation a-t-elle donc empruntée pour faire de Bongsun, accueillie chez eux à 10 ans, cet être indispensable et instrumentalisé, qui rêve de recevoir un peu de l'amour qu'elle donne ? L'art de Go ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon