Vertige de la nounou

Vertige de la nounou

L'auteur sud-coréenne reconstitue le dur destin de la jeune femme qui s'occupa d'elle enfant.

Ce que la mère, le frère et la soeur de la petite Jjang-a ne lui donnent pas, Bongsun le lui offre au centuple. À la fois mère, grande soeur et amie, elle la promène partout dans Séoul sur son dos. Avec elle, les barbes à papa « s'épanouissent comme des fleurs ». Or, à 4 ans, Jjang-a a la sensation que sa vie est « déjà tracée sur la carte de [son] enfance ». Elle est née en 1963, deux ans après le coup d'État militaire : le « pays des trois mille lieues » est étranglé par la dictature, même si les histoires de Bongsun, au goût de volubilis, l'emmènent loin de leur bidonville.

Qui est-elle ? sa grande soeur ? une servante ? Est-elle une adulte, ou une enfant ? Est-elle de la famille ? La mère de Jjang-a se plaint que, « quand on a une bonne, il faut lui servir de parents » : quelle déviation a-t-elle donc empruntée pour faire de Bongsun, accueillie chez eux à 10 ans, cet être indispensable et instrumentalisé, qui rêve de recevoir un peu de l'amour qu'elle donne ? L'art de Go ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article