Vassili Grossman, Vie et destin

Vassili Grossman, Vie et destin

Un chef-d'oeuvre miraculé, soustrait vingt ans durant par le KGB. La première partie porte sur la bataille de Stalingrad, analysée à travers des personnages représentatifs de la société soviétique : le directeur d'usine Spiridonov, l'homme du Parti Krymov, le militaire Novikov. Ils soutiennent un postulat optimiste : la victoire était inéluctable, parce qu'elle est le triomphe de l'homme sur la bête. L'écrivain pouvait s'attendre à voir son livre acclamé comme une grande oeuvre réaliste socialiste. Il n'en fut rien, et le mécanisme de cette campagne est démonté d'avance en seconde partie à travers le personnage du savant Viktor Strum : alors que l'esprit de résistance galvanise la Russie, il fait une découverte qui bouleverse la physique. Il sera néanmoins accusé de s'être « coupé des masses » et sera sommé de faire son « autocritique ».

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon