Vassili Grossman, Vie et destin

Vassili Grossman, Vie et destin

Un chef-d'oeuvre miraculé, soustrait vingt ans durant par le KGB. La première partie porte sur la bataille de Stalingrad, analysée à travers des personnages représentatifs de la société soviétique : le directeur d'usine Spiridonov, l'homme du Parti Krymov, le militaire Novikov. Ils soutiennent un postulat optimiste : la victoire était inéluctable, parce qu'elle est le triomphe de l'homme sur la bête. L'écrivain pouvait s'attendre à voir son livre acclamé comme une grande oeuvre réaliste socialiste. Il n'en fut rien, et le mécanisme de cette campagne est démonté d'avance en seconde partie à travers le personnage du savant Viktor Strum : alors que l'esprit de résistance galvanise la Russie, il fait une découverte qui bouleverse la physique. Il sera néanmoins accusé de s'être « coupé des masses » et sera sommé de faire son « autocritique ».

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes