Van Gogh sort du « brouillard »

Van Gogh sort du « brouillard »

Le Seuil publie un document exceptionnel : un carnet inédit de 65 dessins de Van Gogh réalisés pendant sa période provençale. Le 20 mai 1890, le peintre avait fait remettre par son médecin, le docteur Rey (qui l'avait soigné à l'hôpital psychiatrique), quelques affaires à déposer chez ses amis et logeurs, M. et Mme Ginoux, les propriétaires de la « Maison jaune » à Arles. Le carnet perdu pendant cent vingt-six ans est resté dans les affaires comptables du couple Ginoux, léguées parmi un ensemble de papier à la famille. La propriétaire actuelle avait reçu ce carnet en cadeau par sa mère pour ses 20 ans ; elle ignorait totalement qu'elle tenait en main des esquisses de tableaux connus du célèbre peintre. Van Gogh avait fait ces croquis dans un « brouillard », un livre de compte dont le papier de bonne qualité a dû plaire au peintre. Le livre était accompagné d'un carnet tenu quotidiennement par un employé du bar, qui avait noté, le 20 mai 1890 : « Mr le Dr Rey a deposé pour M. et Mme ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon