Véronique Ovaldé. J'ai peur des séries (sauf de Top of the Lake)

Véronique Ovaldé. J'ai peur des séries (sauf de Top of the Lake)

''J'ai peur des séries. Parce qu'elles s'adressent à une petite partie très dangereuse de mon cerveau. Celle qui a tendance aux addictions. Celle qui me chuchoterait, alors que je suis en pleine conversation avec des gens fort sympathiques, « Il faut vite que tu rentres retrouver McNulty ou Mr White ». C'est la même partie de mon cerveau qui aime lire, elle est pleine de ferveur, elle aborde la lecture comme un mode de vie, elle lit depuis toujours à tout moment, pendant un cours de maths, pendant la douche, elle lirait sous les bombes, elle se choisit des auteurs pour l'aider à cartographier son monde, elle tente de dialoguer à jamais de manière inefficace et nécessaire avec un écrivain.

Alors je résiste aux séries. J'ai bien assez à faire avec les livres - le fait d'ailleurs que les séries s'adressent au même petit espace mystérieux en mal de consolation que les romans me semble expliquer en partie la désaffection croissante envers la littérature.

Le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine