Une pensée ne visant que la domination

Une pensée ne visant que la domination

L'ésotérisme de la pensée de Heidegger lui permet de donner un aspect présentable à son extrémisme tout en le distillant aux initiés. « Mes cours [...] sont tous [...] sciemment surface et même le plus souvent dissimulation », a-t-il pu déclarer.

L'heideggérianisme : un espace de discussion ? Il est encore largement admis que le caractère difficilement compréhensible du langage et de la pensée de Heidegger tiendrait à l'impossibilité d'exprimer par le langage habituel la complexité de ses pensées. L'échange argumenté et le dialogue ne seraient pas pour autant abandonnés par une philosophie qui, en droit, s'adresserait à tous. À cet égard, la récente réédition, en 2014, en Allemagne, de la conférence Sérénité prononcée par Heidegger en 1955 est instructive. Les éditeurs donnent de Heidegger l'image d'un nouveau Socrate, promoteur de la « rencontre avec les autres », du « respect » et de la liberté. Il s'agit là d'une remarquable transfiguration de celui qui, en 1932, considérait dans une lettre à son frère Fritz toute « demi-mesure » politique comme une « trahison », un expédient bon pour les « bonnes femmes et les Juifs » (juillet 1933), qui ne sont pas - du fait de leur essence - à la hauteur du destin allemand.

...
Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard