UNE OMBRE À L'ÉCRAN

UNE OMBRE À L'ÉCRAN

Antigone résiste aussi aux caméras : les rares films qui la convoquent ont en ligne de mire les hypocrisies des démocraties d'après guerre.

Les Antigone cinématographiques sont rares. Il n'y a là rien d'étonnant : le genre du péplum s'accommode mal de la tragédie et, viril, pour ne pas dire machiste, ne goûte guère les héroïnes. Au risque de caricaturer, il se contente de Cabiria et de Messaline, la vierge menacée et la femme fatale. Antigone est certainement celle qui a le plus de chemin à faire pour passer les portes du péplum, car le terrain sur lequel elle se situe, dans son opposition obstinée à Créon, est politique. La jeune fille, en se mêlant de polis, sort du pathos et du domaine domestique et privé traditionnellement réservé à son sexe. Créon le sait bien, qui s'écrie : « Là, vraiment, ce ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !