Une légende américaine

Une légende américaine

Issu d'un foyer brisé, sans appui ni argent, Truman Capote devint en quelques années la coqueluche de Hollywood et de la haute société. Un parcours fulgurant dont le glamour fait parfois oublier que l'auteur de De sang-froid était aussi, et avant tout, écrivain.

En 1985, un an après la mort de Truman Capote, le poète James Dickey lui rendit hommage lors de la rencontre annuelle de l'Institut américain des arts et des lettres. D'emblée, il réfuta l'image que la presse américaine avait, à chaud, donnée du disparu : celle d'un auteur doué, qui laissait derrière lui un best-seller dont avait été tiré un film, De sang-froid , mais qui avait ruiné son talent et sa santé pour l'amour de l'argent et de la publicité. Or, le show-off dont Capote s'était entouré faisait partie intégrante de son mythe. Pour James Dickey, la magie de l' American Life tenait précisément dans « l'argent coulant à flots au sein de cadres luxueux et raffinés, pour le spectacle et le plaisir ; une magie corrompue et débilitante, certes, mais la seule en laquelle notre culture croit véritablement. Scott Fitzgerald avait raison, et s'est montré bien plus intuitif que Hemingway lors de leur fameux échange, quand il a dit : "Les g ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes