Une jeunesse « à crâne ouvert »

Une jeunesse « à crâne ouvert »

L'auteur de La Vie sexuelle de Catherine M. exhume le troublant « petit théâtre » de sa famille.

Très tôt, Catherine se sent différente. Des crises de nerfs de sa mère, de son frère, des infidélités de son père, elle tire « un petit théâtre personnel », en actrice qui surjoue son rôle. Avec sa grand-mère, qui vit avec eux, elles forment un petit bastion à part, qui observe « les autres se conduire de manière déraisonnable ». Elle occupe tous les rôles : petite fille modèle, garçon manqué indépendant, narrateur échevelé qui colporte ses récits dans la cour de l'école. Feuilletant les premiers chapitres de son existence à travers un écran d'affabulation, la petite fille apprend à passer sa réalité au filtre de son regard. Souvenirs vrais et faux se mêlent, infusant, dans l'exigence documentaire de l'examen de conscience, une mystification cathartique.

En connivence avec Dieu, Catherine vit « à crâne ouvert », sauvageonne indécise sur le genre qu'elle veut se donner : fille, garçon ? pourquoi pas les deux ? Fait-elle la rencontre, dans les livres, de Julien Sorel et de Luc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »