Une héroïne de notre temps

Une héroïne de notre temps

c'est le soir, je suis dans un petit restaurant dans le 11e arrondissement. Je dîne avec N. et M. N. est médecin. Il a 36 ans, marié, pas d'enfant. M. a créé une boîte de conseil et passe la moitié de l'année dans des avions. Elle a 30 ans, célibataire. Nous nous sommes rencontrés il y a plus de dix ans à Alger, à un âge et à une époque où les amis que nous nous faisons durent souvent toute une vie. Aujourd'hui, nous habitons à Paris. Je suis partie la première, puis M., et enfin N. Nous nous rendons à Alger quatre ou cinq fois par an. On nous dit que c'est beaucoup. Nous haussons les épaules. Beaucoup, cela ne veut rien dire.

C'est le soir, nous dînons dans un restaurant espagnol que nous aimons bien car nous pouvons nous attarder la nuit bien après le départ des derniers clients. Les serveurs ont à notre égard une douce indulgence. Mais, aujourd'hui, M. est ombrageuse. Son visage est pâle, ses yeux sont cernés. Elle nous raconte que sa mère l'a appelée plus tôt da ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine