Une hérésie « poélitique »

Une hérésie « poélitique »

Jean Duflot a été un passeur essentiel de l'oeuvre et de la parole de Pasolini : il a rassemblé en 1969 et 1975 des entretiens au long cours avec le poète (1). Il revient pour nous sur ce « Centaure ».

La poésie a été la religion de Pier Paolo Pasolini, sa raison d'être, et même sur le tard son tourment et son crève-coeur. C'est elle qui lui survit. À plusieurs reprises il en aura appréhendé l'extinction comme genre, analogue à celle des espèces biologiques en voie de disparition. C'est tout juste si elle ne passait pas de son vivant pour le symptôme d'une dégénérescence mentale : la redondance pathologique de son altérité homosexuelle. Parmi les rares tentations de renier son métier de poète, il y a cette appréhension, en apparence désenchantée, de sa propre désuétude poétique. « Le monde ne me veut plus, et il ne le sait pas encore », écrit-il au bas d'un dessin où il met en scène la figure mythique du Centaure. Cette figure incarne idéalement les dualités qui font de Pasolini un hybride inclassable, le hors-la-loi des emblématiques essais L'Expérience hérétique et Lettres luthériennes. Roland Barthes, qui évoque Pasolini dans sa leçon inaugurale au Col ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article