Une grande voix argentine

Une grande voix argentine

« J'ai rendez-vous avec la nuit », écrit Paulina Vinderman. Ou encore : « Il n'y a pas de frontières au pays de la mémoire. » Et plus loin : « Je voyagerai sur la page de la nuit sans mentir. » Autant de « coups d'archet » qui captent l'attention à la première lecture et insistent ensuite dans notre mémoire. Jacques Ancet, poète et traducteur qui a fait connaître en France tant de voix importantes de la poésie hispanophone, a eu une nouvelle fois la main heureuse. Barque noire, dont l'original date de 2010, est le premier livre intégralement traduit chez nous de cette Argentine, née en 1944, qui, en une douzaine de livres depuis 1978, est devenue une grande voix de son pays. Cette suite de trente-cinq poèmes d'une intense mélancolie nous va droit au coeur par la justesse du ton et du rythme, par l'extrême économie des images. Elle dit la solitude, le deuil, le poids du passé, mais aussi le désir obstiné de s'accorder au présent. Paulina Vinderman atteint dans ses vers à une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine