Une grande exposition au Centre Pompidou nous invite dans l'atelier parisien d'Alberto Giacometti.

Une grande exposition au Centre Pompidou nous invite dans l'atelier parisien d'Alberto Giacometti.

Après son arrivée à Paris le 1er janvier 1922, Alberto Giacometti vit trois ans dans des hôtels. Puis, pendant deux ans, il occupe un atelier rue Froidevaux, au 37. Atelier qu'il quitte pour le 46 de la rue Hippolyte-Maindron, Paris XIVe, écrit-on alors en chiffres romains. C'est une pièce d'« à peu près 3,50 m sur 4,50 m ». « C'est curieux, quand j'ai pris ce lieu en 1927, je le croyais minuscule. C'est le premier endroit que j'ai trouvé ; je n'avais pas le choix. Je comptais partir dès que je pourrais à cause de sa petite taille - ce n'est qu'un trou. Mais plus j'y suis resté, plus il s'est agrandi. » Et il y est resté quarante ans.

Les descriptions données de ce 46 rue Hippolyte-Maindron sont toutes peu ou prou les mêmes. Ernst Scheidegger, dans Alberto Giacometti : Éclats d'un portrait éd. André Dimanche en a laissé l'une des plus précises. Elle a été vérifiée par Pierre Schneider dix ans plus tard avec son Giacometti éd. Hazan. Puis par ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon