Une fois (et peut-être une autre)

Une fois (et peut-être une autre)

Viser l'originalité, revient à se lancer dans une chasse au dahu. Le constat n'est pas nouveau, et Gilles Deleuze l'expliquait déjà en détricotant le mythe de la toile blanche en peinture. Si tout n'est que reformulation, il ne semble pas illogique qu'un texte - formidable et, ironie suprême, non dénué de singularité - vienne nous le redire. Une fois (et peut-être une autre), premier roman de Kostis Maloùtas, fait rapidement sauter l'hypothèse entre parenthèses : voici l'histoire d'un livre écrit deux fois par deux auteurs qui ne se connaissent pas. Une muse aurait-elle bégayé ? Mystère insoluble, tant et si bien que la symétrie des deux oeuvres révèle moins le signe d'une harmonie divine révélée que celui d'un possible dérèglement existentiel.

Pendant que cette hésitation plane au-dessus des personnages, le roman tire vers la satire, égratignant les états d'âme des romanciers et l'opportunisme du monde de l'édition. Un des écrivains ne renonce pas à l'originalité et se lance dans « la seule oeuvre littéraire méritant qu'il y consacre des efforts prolongés » : une liste de tous les noms des gens qu'il connaît. L'originalité ne se conquerrait que dans la banalité ? Autre question jetée par Kostis Maloùtas qu'on imagine écrivant avec, aux lèvres, le sourire du chat du Cheshire.

 

À lire : Une fois (et peut-être une autre)Kostis Maloùtas, traduit du grec par Nicolas Pallier, éd. Do, 130 p., 16€.

Nos livres

À lire : La tempête qui vient, James Ellroy, éd. Rivages/Noir

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF