Zahia Dehar : une fille sérieuse

Zahia Dehar : une fille sérieuse

Jetée en pâture pour avoir monnayé ses charmes à deux cadors du Onze tricolore lorsqu'elle était mineure, elle revient en star de cinéma, et les plateaux télé sont avides de sa parole, modèle de communication narrative.

La prétendue liberté de notre société est un mirage, un leurre qui a la silhouette de l'aventurière Zahia Dehar, dont le visage de manga souriant nous renvoie notre reflet désapprobateur. Jeune femme ayant choisi d'employer son corps comme bon lui semble, elle est sans cesse confrontée au surplomb moralisateur. Dans la vie, c'est une puissante Shéhérazade qui calligraphie elle-même son destin, en tout cas son compte Instagram. Non seulement elle vient de se transformer en héroïne du cinéma d'auteur (1), mais elle a su profiter de la promo du film pour écrire un nouveau chapitre de sa geste. Un modèle de communication narrative. Assumant son activité d'escort girl comme un élément fondateur de son identité - elle préfère l'expression de « fille facile » -, elle en fait le fruit d'un choix, d'une décision réfléchie. En se servant de son corps, elle a fait usage de sa liberté. « Nous traversons une période assez rare. Il n'y a pas de grande liberté de création ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes