Une fiction agissante

Une fiction agissante

Une riche étude fait l'archéologie de l'utopie, ce registre romanesque devenu projet politique.

Depuis bientôt trois décennies que le monde contemporain déplore la fin des utopies, il n'est pas inutile de refaire le chemin par lequel elles se sont invitées en politique. Qui sait si nous devons réellement les pleurer ? En consacrant sa thèse de doctorat à trois auteurs plus ou moins connus du XVIIIe siècle (Morelly, Mably et Babeuf), Stéphanie Roza met en valeur les origines littéraires de l'utopie, apparue comme un motif romanesque avant de se transformer en un véritable programme. Faut-il voir dans cette étonnante métamorphose l'illustration de la puissance de la littérature, ou au contraire des politiques naufragées par les sirènes de la fiction ? Avant que d'en juger, il convient de comprendre comment s'est effectué le passage du roman utopique au plan d'action révolutionnaire.

Le premier élément de réponse se trouve dans le parcours des utopistes eux-mêmes. Stéphanie Roza repère que leur part d'implication dans les événements contemporains ne cesse de croître. Si Mo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine