Une Europe nommée désir

Une Europe nommée désir

Le Livre à Metz met à mal le mot d'esprit d'Oscar Wilde selon lequel « le journalisme est illisible, et la littérature n'est pas lue ». La thématique de cette année, « Désirs », peut-être plus purement littéraire que les années précédentes - « Debout » en 2017 ou « Libertés » en 2018 -, permet d'aborder un certain nombre de sujets d'actualité. Les migrations feront l'objet de deux rencontres et d'une table ronde, où la question des migrants sera évoquée à travers la façon dont l'exilé trouve sa place dans le pays d'accueil. Difficile de faire l'impasse sur la question du « désir de l'Europe » en cette année d'élections. À ce sujet s'exprimeront Andreï Kourkov, Luuk Van Middelaar, ou encore Olivier Duhamel. L'écologie fera l'objet de deux débats : le désir de nature, les réactions politiques aux urgences climatiques. De nombreux écrivains évoquant le désir auront la part belle : tels l'académicien Dany Laferrière, ou encore Carole Martinez, prix Goncourt des lycéens 2011. Enfin, l'a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard