Une confluence toujours agissante

Une confluence toujours agissante

Nathalie Cohen, juive et helléniste, vient de publier Une étrange rencontre. Celle entre judaïsme et christianisme n'appartient pas seulement au passé : par-delà la fureur de l'histoire, elle révèle ou produit des questionnements spécifiques.

De quel commentateur exégétique du deuxième des dix commandements (« Tu n'auras pas d'autre dieu que moi ») proviennent ces mots : « Dieu est l'être souverainement grand, nécessairement éternel, incréé, sans principe, sans commencement, sans fin » ? Tertullien, écrivain de langue latine d'origine carthaginoise, converti au christianisme à la fin du IIe siècle et ferme opposant aux théories de Marcion qui distinguait deux principes divins, l'un issu de la Bible hébraïque et l'autre de l'Évangile. Tertullien opérait ainsi le premier rapprochement théologique judéo-chrétien en affirmant avec netteté que le même Dieu unique est, pour les chrétiens et les juifs, le Créateur dont la Genèse rend compte de l'oeuvre. Dans quel cadre global ce rapprochement s'est-il opéré ? Quels furent son origine et ses prolongements jusqu'à l'époque contemporaine ?

Compagnons d'armes sous Alexandre

Nathalie Cohen évoque dès les premières pages d'Une étr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard