Une chimère qui reste bicéphale

Une chimère qui reste bicéphale

Extraits du Judéo-christianisme, un précieux ouvrage de référence : pour son auteur, la notion n'a de consistance que dans les tout premiers temps du christianisme, qui l'instrumentalise ensuite à divers fins.

Le fait historique fondateur de la notion de judéo-christianisme, quelle que soit l'interprétation qu'on a pu donner de celle-ci, reste bien entendu que Jésus était juif et que les apôtres l'étaient aussi ; la nouvelle religion qu'ils apportèrent au monde était née en Judée où les livres de l'Ancien Testament étaient lus et commentés. Le christianisme ne peut qu'être redevable des convictions du judaïsme du Ier siècle de notre ère ; il s'en dégagea comme un fruit de la branche qui le portait. [...]

L'opposition des judéo-chrétiens d'Antioche ou celle de leurs adeptes au judaïsme populaire de Jérusalem n'impliquait pas nécessairement un rejet de tout ce qui était juif. [...] Depuis la naissance du christianisme, c'était en effet l'observance de pratiques juives qui servait de critère infaillible pour définir qui pouvait bien être considéré comme judéo-chrétien. Le fondateur de la nouvelle religion étant juif, sa doctrine ne pouvait que rester encadrée par des règles de conduit ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard