Une chair effeuillée

Une chair effeuillée

Contrairement au sens de l'humour, le corps est un bien commun à l'espèce humaine. Tout le monde en a un. Pour l'écrivain, c'est une gageure : il n'y a rien de plus difficile que de cerner une expérience commune et partagée. Écrire l'ordinaire se révèle plus complexe qu'écrire l'exceptionnel. Brigitte Giraud relève le défi haut la main. Dans son dernier livre, elle raconte sa vie à travers son corps. D'objet irrigué, il devient sujet central. Il sert de point d'appui à l'exercice autobiographique. Les phases d'une existence sont ramenées à leur dimension physique, forcément connectées au spirituel. Ainsi, l'enfance n'est pas seulement une histoire de chute et de genoux écorchés, mais surtout de recherche de l'équilibre et de résistance à la douleur. Un trajet en voiture sera l'apprentissage de la nausée, que l'enfant réfrène, découvrant dans la foulée la non-maîtrise du corps : « J'essaie de maîtriser mon estomac, de respirer par la vitre ouverte, rien n'y fait. Mon corps ne m'écout ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes