Une balle dans la tête

Une balle dans la tête

À bien des égards, Chris Kraus impressionne : auteur du roman coup de poing de cette rentrée littéraire, ce solide quinquagénaire allemand est aussi un cinéaste célébré dans son pays. Son dernier film, Die Blumen von gestern - « Les Fleurs d'hier », inédit en France -, a récolté huit nominations aux lolas, les césars allemands. Comédie romantique unique en son genre, ce long métrage raconte l'histoire d'un chercheur spécialiste de l'Holocauste tombant amoureux de son assistante juive et a valu à son réalisateur une poignée de critiques outrées. Mélanger Shoah et marivaudage, lui a-t-on signifié, n'est pas une idée, c'est un blasphème. La polémique, Chris Kraus y est accoutumé. La Fabrique des salauds, roman sorti la même année chez nos voisins, a été accueillie par plusieurs quotidiens avec des grimaces de dégoût.

À la base de cette somme faramineuse, un secret de famille en forme de trou noir : le grand-père de l'auteur appartenait aux Einsatzgruppen, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard