Une amitié impossible ?

Une amitié impossible ?

L'amitié qui unit brièvement Bertrand Russell au jeune Ludwig Wittgenstein fut profonde. Les critiques adressées par la suite au maître par son ancien élève le furent tout autant et conduisirent à la « rupture ».

Bertrand Russell, père de la philosophie analytique, est sans conteste une des grandes figures du xxe siècle : les trois volumes des Principia Mathematica 1910-1913, rédigés en collaboration avec A. N. Whitehead, en font un pionnier de la logique mathématique, tandis que certaines de ses thèses, comme sa théorie des descriptions définies, ont encore cours en linguistique. Il fut aussi un des grands intellectuels engagés du siècle. En politique, il allia ses convictions socialistes, proches de l'anarcho-syndicalisme, avec un libéralisme hérité de la tradition de J. S. Mill, son parrain. Pacifiste, il fut emprisonné en 1918. Dans les années 1950, il sera un des fondateurs du mouvement pour le désarmement nucléaire. Une décennie plus tard, il fondera un tribunal sur les crimes de guerre américains au Vietnam qu'il finance en vendant sa bibliothèque. Si son influence fut vaste, il n'eut pourtant que très peu d'étudiants dont un Français, Jean Nicod avant de perdre son ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon