Une édition spéciale

Une édition spéciale

« L'ère du silence est terminée » déclarent les signataires d'une tribune sur les violences sexuelles et sexistes dans l'édition, exposant le hiatus entre le prestige du milieu littéraire et l'indignité de certains de ses acteurs.

« Combien de Weinstein dans le monde littéraire ? Combien de Tartuffes aux mains moites, de don Juans à la braguette souple ? » Cela devait arriver, et tant mieux : Une quarantaine de femmes autrices ou travaillant dans l'édition et la presse ont signé, en compagnie de quelques hommes, une tribune pour dénoncer les comportements indélicats – c'est une litote – de puissants messieurs du milieu littéraire. Sans aller jusqu'à balancer leurs porcs lettrés, elles témoignent d'une indiscutable réalité. Car cela produit toujours un choc, quand un éditeur âgé et respecté qui vous entretient des mérites d'un auteur mort trop tôt s'interrompt soudain pour reluquer le dos d'une stagiaire, puis cherche dans votre regard l'étincelle égrillarde d'une complicité. Le milieu littéraire n'est sans doute pas plus vicié qu'un autre, mais le hiatus entre la culture que l'on y promeut et le comportement indigne de certains rend celui-ci d'autant plus scandaleux. Est-ce affaire de générations ? En matière de séduction, l'atmosphère du milieu littéraire présente un curieux mariage de libération sexuelle des années 1970 – ce qui permet à ces messieurs éconduits de traiter de coincées celles qui leur résistent – et de machisme éternel. Le pouvoir, voilà la clé, et l'on se souvient avec consternation d'une édition de l'émission « Strip-tease » où un éditeur proposait – « pour rire », mais était-ce drôle ? – un échange gâterie sexuelle contre publication à une jeune autrice. La séquence avait fait jaser, elle serait indiffusable aujourd'hui, preuve que l'air a été en partie assaini. Espérons que la tribune des 44 permettra d'ouvrir grand les fenêtres.

 

Photo : Des manifestantes brandissent les couvertures d'ouvrages aux thèmes féministes lors de la journee internationale de lutte pour les droits des femmes à Paris le 8 mars 2020. Denis Meyer/Hans Lucas/Via AFP

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes