Un voyeur dans le placard

Un voyeur dans le placard

Caché dans une armoire, Damián observe la vie d'une famille espagnole. Mieux qu'à la télé !

On hésite à présenter l'intrigue de ce roman, par crainte d'épouvanter les lecteurs rationalistes. Damián, madrilène célibataire au chômage, si seul dans la vie qu'il s'invente des interlocuteurs fictifs qui l'interviewent sur le plateau d'une émission de télé mentale, chipe sur un coup de tête une épingle à cravate à la devanture d'un magasin. Craignant d'être poursuivi, il entre chez un brocanteur et se cache dans une armoire ancienne. Laquelle, hélas ! est aussitôt transportée par des déménageurs, avec lui à l'intérieur, dans un pavillon de banlieue. Pris au piège, Damián décide de demeurer dans son armoire, tel un voyeur... Tout cela paraît bien loufoque mais Juan José Millás prend le lecteur au jeu, en renouvelant de belle manière deux vieux motifs du conte bizarre : l'intrus bienveillant qui veille en cachette sur la destinée de ses protégés, et l'homme invisible qui viole insidieusement la vie privée d'autrui.

On se demande qui est le plus à plaindre, des membres de l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon