Un tout nouveau Shakespeare, version remasterisée

Un tout nouveau Shakespeare, version remasterisée

À l'occasion d'une réédition vidéo des adaptations de Macbeth et d'Othello par Orson Welles, une nouvelle traduction des deux pièces paraît et s'autorise de grandes libertés avec le texte original : flambarde jusqu'à devenir irritante, elle peut néanmoins se montrer très inspirée et inventive.

Ce n'est pas parce que c'est impossible qu'il ne faut pas le faire. Traduire Shakespeare, adapter Shakespeare... Il suffit d'y penser pour entendre d'avance de pénibles gémissements, des cris scandalisés, des désaveux sournois. Orson Welles lui-même n'y a pas échappé. Son Macbeth expressionniste, tourné en trois semaines, son Othello méditerranéen, traîné près de deux ans, lui auront surtout valu d'amères déceptions. La réédition DVD de ces deux chefs-d'oeuvre (avec une perfection d'image qui rend justice à leurs ombres poussées à bout, à leurs brumes entêtantes, à leurs soleils exaspérés) est accompagnée d'une toute nouvelle traduction des pièces. Il est d'autant plus rare qu'un éditeur vidéo tente l'aventure du livre que le principe de celui-ci n'est pas commun : la lettre des deux pièces y est traduite de Shakespeare, mais leur esprit largement inspiré de Welles.

Las ! La tâche de traduire a été confiée, semble-t-il, à Richard III en personne. Résolu à s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard